Vous êtes ici : Accueil > Nos Activités > Fêtes et Loisirs > Voyages et Sorties > Sorties et voyages prévus 2020-2021 > Le Périgord (c’était du 21 au 23 juin 2021)
Publié : 2 juillet

Le Périgord (c’était du 21 au 23 juin 2021)

LE PERIGORD NATURE A L’ETAT PUR… ET AU MILIEU COULE UNE RIVIERE


Enfin, notre premier voyage de l’année. Nous étions 40 à partir de Montission lundi 21 juin dès 6 heures pour le Périgord et ses richesses.

Le Périgord c’est : Le noir doté de forêts très denses, très sombres dont la capitale est Sarlat,
Le blanc, vers Périgueux et ses sols calcaires,
Le vert, est le plus irrigué avec le plus de végétation comme le chêne vert qui ne perd pas ses feuilles.
Le pourpre, vers Bergerac et ses vignes.

La région Périgord, tout comme le Quercy n’existe plus, c’est seulement d’un point de vue touristique. Maintenant c’est la Nouvelle Aquitaine. Tout au long de notre séjour, notre guide Jeanne Moinet nous a régalés par son savoir sur l’histoire, la vie des personnes, la gastronomie, l’art.

Lundi après-midi, visite de Sarlat, capitale du Périgord noir, ville du 9ème siècle, plusieurs fois détruite par les guerres et restaurée par 43 monuments classés. On trouve beaucoup d’hôtels privés avec une tour d’escalier, des vierges Marie à l’angle des maisons et sur certaines d’entre elles, on peut voir une salamandre symbole de la loyauté envers le roi de France. Sur les toits des maisons on peut trouver des lauzes (pierre de schiste ardoisier qui noircissent avec le temps) et des tuiles. Le soir, les réverbères au gaz de ville donnent une lueur tamisée. De nombreux films ont été tournés à Sarlat tels que Jacquou le Croquant et certaines scènes de Jeanne d’Arc. La cathédrale construite au 12ème siècle était le foyer des Cathares symbolisé par sa grande tour. Autour de cet édifice, les nobles étaient enterrés dans des niches funéraires. Autre personnage connu de Sarlat, l’écrivain juriste et humaniste Etienne de la Boëtie né en 1530.
Les uns se sont attardés dans les ruelles, les autres à la terrasse d’un café. A notre surprise, nous avons été escortés lors de la traversée d’une route par « l’inspecteur Glinglin », figure emblématique de Sarlat.
Puis, direction Souillac pour visiter la distillerie Roques avec ses chais et ses différentes liqueurs telles que la vieille prune. Dégustation oblige puis installation à l’hôtel « les ambassadeurs ». Après le repas, les plus fatigués ont goûté à un repos bien mérité, les plus intrépides sont partis à l’assaut des berges de la Dordogne. Tout le monde trouve son bonheur.

Mardi, nous débutons notre journée par les Jardins à la française d’Eyrignac signifiant là où l’eau coule. Au 18ème siècle c’était un jardin à la française puis à l’anglaise au 19ème siècle. L’art topiaire y règne en maitre avec ses 300 sculptures végétales (50 000 ifs, buis et charmes) dans les 7 jardins aux différents noms comme le jardin des sources et des prés fleuris, le jardin blanc synonyme de pureté avec ses jets d’eaux, ses impatiences et ses roses immaculées. Au cœur des jardins se trouve le manoir d’Artaban daté du 17ème siècle. Il est appelé ainsi en hommage à l’écrivain Gauthier de Costes de la Calprenède ancêtre des 22 générations qui se sont succédées et auteur de la fameuse tirade « fier comme Artaban ». Puis une surprise nous attend, nous visitons la ferme de Grèzelade où nous avons eu un excellent accueil dont nous nous souviendrons. Nous assistons à la découpe d’un canard, aux différentes préparations culinaires et au gavage en douceur de ces palmipèdes. L’après-midi, visite du mythique Château des Milandes qui est situé à Castelnaud-la-Chapelle et domine la Dordogne de 50 m. Il a été bâti en 1489 avec un escalier de 69 marches. La révolution française entraîne l’abandon du château qui est vendu au 19ème siècle. Joséphine Baker y a séjourné en reine. Elle y vivra avec ses 12 enfants adoptés de 9 nationalités différentes qu’elle surnomme « sa tribu arc-en-ciel ». Puis un spectacle de rapaces au pied du château nous a ravis. Une averse nous a forcés à nous abriter au lieu de visiter les jardins mais cela reste un merveilleux souvenir. Fin de la journée avec une balade en gabare (caminade) sur la Dordogne où nous avons pu voir des nids d’oiseaux, des hérons, et où 34 espèces de poissons (silure, brochet, saumon écrevisse) se côtoient au milieu des renoncules blanches sur fond de plus beaux villages de France tels que la Roque-Gageac son belvédère de 912 m de haut, et ses maisons bâties à même la roche. La vallée de la Dordogne et le Périgord c’est aussi ces 1500 châteaux tels que Castelnau, Beynac, Fénelon, Turenne et bien d’autres que l’on peut découvrir au détour des méandres de la rivière Espérance.

Mercredi matin, deuxième surprise, Jeanne nous entraîne dans le cœur de Souillac où nous contemplons la fameuse abbatiale Sainte Marie, sa file de coupoles et ses statues du prophète Isaïe (modillons). Nous arpentons la vieille ville et ses différents remparts, sa tour (beffroi). Souillac est également dotée d’une halle du 19ème siècle où l’on peut voir encore des mesures à grains qui quantifiaient en contenance (hectolitre) et non en poids.
Puis visite d’une ferme truffière où un cours sur ces diamants noirs nous est donné ainsi qu’une démonstration de cavage à l’aide de leur chien Rosabelle. Mais ce n’est pas le seul animal qui peut aider le mycologue, la mouche Hélomyza choisit la truffe pour se reproduire. Ces œufs se nourrissent de la truffe. Avec un bâton, on remue le sol, si on voit cette mouche la truffe n’est pas loin.
Une boutique et un restaurant complètent la visite de cette ferme truffière. La vision de Rosabelle encagée dans un milieu restreint et pas très propre nous a un peu décontenancés et refroidis.

Après ces trois jours bien remplis, nous arrivons à Montission, à 19h45.

Nous sommes tous plus riches car nous avons fait de belles découvertes, de belles rencontres, notre guide, notre chauffeur, la famille dévouée des ambassadeurs, notre guide canadien de gabare, la famille Delvert et leur foie gras, sans oublier la gastronomie qui a régalé nos papilles comme les omelettes aux cèpes ou aux truffes, la tarte tatin au foie gras, et le canard sous toutes ses formes.

Merci à Estelle de l’agence Espace Voyage de nous avoir concocté ce souvenir mémorable.

De plus, la bonne humeur est toujours au rendez-vous et on a tous apprécié le fait de pouvoir discuter d’un pan de sa vie, d’un métier, des pays traversés et tout simplement retrouver le goût de vivre et d’être ensemble. Trois mots reviennent souvent chez nos adhérents : trop court et liberté.

Je remercie toutes les personnes qui m’ont aidée lors de ma prise de notes notamment Françoise. A bientôt pour de nouvelles aventures et pour ceux qui le souhaitent je peux vous proposer un complément détaillé sur notre séjour (6 pages). Merci de me le faire savoir soit par téléphone au 02 38 76 78 33 soit par mail « gerard.saintdenis@hotmail.fr.

Prenez bien soin de vous et à bientôt avec Saint-Jean Bien-Etre.

Texte : Sylvie Portheault
Photos : Maryvonne Bitarelle

Utiliser le lien ci-dessous pour visionner les photos

https://photos.app.goo.gl/wqzSrGMmVXeaMVdk7

Retour à l’accueil